Dans cet article vous trouverez le pourquoi du comment de mon premier prototype de balance de ruche connectée par GSM. Fabriqué durant l’hiver je l’ai utilisé durant la saison 2015. 

 

 

Vercors mon cher Vercors : comme tu es compliqué !

Voila 10 ans que l’on pratique l’apiculture dans notre (très) cher Vercors. Plus belle région du monde à nos yeux ! Ce fameux massif plus connu pour le ski de fond que pour son miel nous donne pourtant sacrément du fil à retordre car il conjugue au moins trois climats
– Au Sud, la Provence extrême avec une garrigue lavande / thym / chêne – très froide l’hiver et très chaude l’été
– Une plaine agricole au Nord et son climat continental : plutôt modéré et humide, on trouve des tilleuls, un peu de châtaignier, des acacias et toute sorte de feuillus
– Au centre, un plateau peu élevé (de 800 à 1500m) mais si plat que le vent peut transformer ce petit paradis en un coin de Quebec en plein hiver (le Quebec c’est le pays où il y a 2 saison : l’hiver et le mois de Juillet!)
Et tous ça sur moins de 40Km à vol d’oiseau !
Bref pour de petit apiculteurs comme nous avec des ruchers un peu partout autour et sur ce massif c’est la garanti de faire des miels différents dans une zone restreinte. Mais comment savoir ce qui se passe ? Chaque rucher est différent. Les conditions de météo et de miellée, n’ont rien avoir parfois à 5km de distance. Par exemple j’ai des ruchers à 300m en plaine ou il fait plus froid l’hiver que d’autres à 1200m bien exposés.

J’ai pour habitude prendre le temps de faire des tournées pour me rendre régulièrement compte de la situation général mais quel boulot ! et quel dépense de Gazoil ! Plus de 2 à 3 jours pour faire correctement le tour de tous les ruchers et ce parfois 1 voir 2 fois par semaine !

Vercors – Vue des hauts plateaux


L’idée lumineuse en hiver 2014/2015: Suivre mes ruches avec des balances de ruche

Je me suis dis qu’avec l’évolution des technologies il y avait peut-être moyen de réduire le temps passé à la surveillance. Au lieu d’aller chercher les infos à coup de Gazole: plutôt les ramener à la maison. Mais comment ?  à quel coût ? Je passais quelque temps à creuser internet  et voir les offre des un et des autres … le constat était sans appel il n’y avait sur le marché pratiquement que la solution CAPAZ avec sa balance GSM. Quelques petits nouveaux comme OPTIBEE ou encore BEEGUARD commençait à proposer des alternatives mais la réalité était bien loin du rêve : il fallait compter au minimum 400 à 500 Euros par balance pour suivre une ruche plus le coût des abonnements. Bilan de l’affaire si je voulais suivre 3 à 4 ruches par rucher sur environ 10 rucher , il me fallait compter 15000 à 20000 euros. Ciel ! Le budget d’un engin de manutention ! Bien trop en tout cas pour le bénéfice que j’en attendais même si j’ai effectivement un engin de manutention plutôt coûteux !

Le doute : En avais réellement besoin, est-ce utile ? Fait-il suivre 1, 2 ou 3 ruches par rucher ?

CAPAZ avait fait ses preuves depuis longtemps avec sa balance de suivi de miellé. C’était donc une bonne solution ! Mais j’avais déjà compris que lorsque l’on suit qu’une seule ruche dans le rucher, il faut connaitre l’état et la force de la colonie qui est posée sur la balance pour savoir si le suivi a une signification ou non. Bref si cela permet de situer avec précision un début et fin de miellée, il faut tout de même visiter ses ruches très régulièrement pour estimer la valeur de la colonie par rapport au reste du rucher.  Je me suis donc dis qu’il fallait instrumenter au moins 10% des ruches du rucher pour avoir une idée de la situation sans visiter le rucher. Comme mes ruchers ont entre 30 et 40 ruches, je suis arrivé au constat qu’il fallait instrumenter 3 à 4 ruches par rucher pour avoir des courbes représentatives !

La décision : Tu es apiculteurs, tu es ingénieur : un peu de mécanique et d’électronique, fais le toi-même !

En examinant de plus près toutes ces technologies, je me suis assez rapidement dit qu’un outil bricolé maison pourrait faire l’affaire (comme beaucoup de mes outils d’apiculture). Par acquis de conscience je passais quand même quelques coup de fil à plusieurs fournisseurs de balance : oui il voulait bien me faire des devis et des offres avantageuses, non il ne voulait pas instrumenter plusieurs ruches du même rucher pour un prix moins élevé !

Naïvement, je me décidais à fabriquer ma première balance sur le réseau GSM avec 3 plateaux – Un hiver et quelques nuits blanches plus tard je faisais j’entamais ma première saison d’apiculture connectée avec 2 prototypes basés sur le réseau GSM 3G.

Saison 2015 – 2 proto de balance de ruche en service  – La premier découverte :

Cette première saison avec des balances, c’était la saison 2015. “LA” bonne saison ! Celle qui nous a permis à tous de faire du miel !
Première surprise de taille révélé par les courbes de poids : Je savais que la miellée d’acacia était courte mais je ne me doutais pas qu’elle pouvait durer moins de 6 jours et remplir 2 hausses de miel !
Ceci étant, la saison (comme toutes les saisons) prenait toute mon énergie et je n’avais eu que le temps de constater que les balances GSM étaient complexe à développer, plus coûteuses que je ne le voulais, et nécessitaient des batteries assez imposantes. C’est pourquoi début d’hiver 2016 je décidais de revoir la conception et de me tourner vers le nouveau réseau de l’internet des objets : SIGFOX.

La suite au prochaine épisode !

 


LE VERCORS

Situer le Vercors

Royans – Contrefort Ouest du Vercors – 300m

Hauts Plateaux – 1500m – Vue du grand Veymont

Un rucher Warré dans une vallée à 400m

Vercors cotés Sud, champ de lavande


L’ANCÊTRE DE TOUTES LES BALANCES : LES BALANCES GSM

La balance CAPAZ et son énorme batterie pour le GSM


Ma balance de ruche aujourd’hui : La balance Beescale 4 de Connected Beekeeping 

Balance de ruche Beescale4 - Connected Beekeeping

Balance de ruche Beescale4